📱 Une journĂ©e d’Ă©tude autour de La mĂ©decine personnalisĂ©e s’est dĂ©roulĂ©e le 12/3/2019 Ă  Bordeaux

10h15. Pr. Maël Lemoine. Introduction à la journée.

Qu’est-ce qu’on appelle mĂ©decine personnalisĂ©e ? Un concept qui n’est pas si clair, qui mĂ©lange avancĂ©es technologiques, percĂ©es mĂ©dicales et buzz mĂ©diatique.

 

10h30. Catherine Bourgain. Prédire la maladie

Que fait-on lorsque l’on fait de la prĂ©diction gĂ©nĂ©tique en contexte de soin ? A quelles questions cherche-t-on Ă  rĂ©pondre ? Comment s’y prend-on ? Quelles donnĂ©es mobilise-t-on ? Quels rĂ©sultats et rĂ©ponses produit-on ?

Ce que je voudrais montrer c’est que la prĂ©diction gĂ©nĂ©tique n’est pas une approche standardisĂ©e et homogĂšne. Elle est au contraire trĂšs dĂ©pendante du contexte, des maladies dont il est question et des enjeux pratiques auxquels la prĂ©diction est sensĂ©e rĂ©pondre.

 

11h15. Rodolphe ThiĂ©bault. L’approche populationnelle pour la mĂ©decine personnalisĂ©e

Le dĂ©veloppement d’algorithme ou de modĂšles pour dĂ©finir une approche personnalisĂ©e de la mĂ©decine, c’est Ă  dire adaptĂ©e Ă  un individu spĂ©cifique, nĂ©cessite une mĂ©thodologie populationnelle. Cet aspect mĂ©thodologique sera explicitĂ© ainsi que ces implications.

 

12h00. Barbara Stiegler, La médecine personnalisée: vers de nouvelles questions éthiques et politiques en santé?

Au-delĂ  de la dimension marketing de la « 4 P medicine », la mĂ©decine personnalisĂ©e soulĂšve de nouvelles questions Ă©thiques et politiques. Porteur de risques gĂ©nĂ©tiques qu’il aurait Ă  gĂ©rer de maniĂšre optimale, le patient tend Ă  devenir responsable des succĂšs et des Ă©checs de la mĂ©decine prĂ©dictive. Ces nouvelles attributions du patient renforce la mutation plus gĂ©nĂ©rale du patient passif et dĂ©pendant en un patient acteur et performant, producteur de santĂ© et agent d’optimisation pour le systĂšme sanitaire. Ces mutations soulĂšvent une double interrogation Ă©thique et politique. Sur le plan Ă©thique, on peut se demander si l’autonomie du patient ne dissimule pas une nouvelle forme de discipline et de biopouvoir. Et sur le plan social et politique, on peut se demander si les systĂšmes assurantiels fondĂ©s sur la solidaritĂ© collective sont compatibles avec ce nouveau modĂšle mĂ©dical. Nous nous demanderons enfin si ces questions sont vĂ©ritablement nouvelles ou si elles ne s’inscrivent pas plutĂŽt dans le temps long de ce que Michel Foucault avait analysĂ© en son temps comme une «mĂ©dicalisation indĂ©finie de l’existence » (confĂ©rence de Rio, 1974).

 

12h45-14h. Buffet

 

14h. Marc Scherlinger, Les biosimilaires dans les maladies auto-immunes : de la thĂ©orie Ă  l’acceptation par les patients

Les biothĂ©rapies sont des mĂ©dicaments produits Ă  partir du vivant par le biais de l’ingĂ©nierie gĂ©nĂ©tique et cellulaire. Ces techniques permettent la production de protĂ©ines Ă  façon tel que par exemple, des anticorps monoclonaux. Les biothĂ©rapies, au premier rang desquelles figurent les anti-TNF alpha, ont rĂ©volutionnĂ© la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques, comme la polyarthrite rhumatoĂŻde (PR). Ces traitement permettent de contrĂŽler l’activitĂ© de la maladie en rendant aux patients une qualitĂ© de vie et une espĂ©rance de vie quasiment identique Ă  la population gĂ©nĂ©rale. NĂ©anmoins, cette avancĂ©e thĂ©rapeutique pĂšse lourd sur les comptes de l’assurance maladie, les biothĂ©rapies reprĂ©sentant plus de 1,2 milliards d’euro dans les dĂ©penses annuelles liĂ©es aux mĂ©dicaments.

 

Quinze an aprĂšs la mise sur le marchĂ© d’une biothĂ©rapie, les biosimilaires peuvent ĂȘtre mis sur le marchĂ©. Un biosimilaire est une biothĂ©rapie reprĂ©sentant une copie quasi-conforme que la molĂ©cule princeps (mĂȘme sĂ©quence d’acide aminĂ©e) pouvant cependant diffĂ©rer lĂ©gĂšrement par rapport au produit princeps notamment en terme de modifications post-traductionnelles (eg, glycosylation). Pour ĂȘtre mis sur le marchĂ©, les biosimilaires doivent avoir dĂ©montrĂ© d’une efficacitĂ© clinique comparable au mĂ©dicament princeps, et leur intĂ©rĂȘt principal est d’ĂȘtre commercialisĂ© Ă  un prix 25% infĂ©rieur au princeps.

 

Dans cette session nous aborderons le concept de la maladie chronique et de l’acceptation des traitements (notamment des biosimilaires) par les patients. Cette session sera conduite sous la forme d’une enquĂȘte par les Ă©tudiants pour comprendre les mĂ©canismes sociologiques et psychologiques mis en jeu dans la substitution d’une biothĂ©rapie par un biosimilaire.

 

14h45. Pierre-Antoine Gouraud. De la génomique aux entrepÎts de données un renversement épistémologique dans la biomédecine?

Il est maintenant convenu que la biologie a connu une profonde rĂ©-Ă©volution rĂ©elle et fantasmĂ©e Ă  l’ùre de la gĂ©nomique : une nouvelle Ă©chelle de donnĂ©es gĂ©nĂ©tiques est devenue disponible Ă  la fois pour caractĂ©riser un individu, et, comparer et comprendre la diversitĂ© gĂ©nĂ©tique du vivant en population. Ce changement quantitatif de donnĂ©es disponibles s’est fait sous la double influence de la miniaturisation et de l’automatisation des expĂ©riences de biologie molĂ©culaire d’une part, et, d’autre part, les progrĂšs du calcul et du stockage informatique. Avec les systĂšmes nationaux des donnĂ©es de santĂ©, et les premiĂšres recherches publiĂ©es Ă  partir des entrepĂŽts de donnĂ©es hospitaliĂšres (EMR/EHR), l’évolution qui s’annonce avec l’accĂšs numĂ©rique Ă  des quantitĂ©s massives de donnĂ©es de santĂ© s’inscrit-t-elle vraiment dans le prolongement de la rĂ©volution gĂ©nomique ?

 

15h30.-15h45. Pause.

 

15h45-16h30. Maël Lemoine. La médecine personnalisée : vers la fin de la démarche diagnostique ?

Certaines applications dites de « mĂ©decine personnalisĂ©e » augurent de la possibilitĂ© d’une mĂ©decine qui se passerait, au moins en principe, de diagnostic. Sur la base de l’analyse d’un exemple, il s’agira de prĂ©senter la nature et les consĂ©quences de cette apparente rĂ©volution dans la pensĂ©e mĂ©dicale.


Vous aimerez aussi...