Retour sur le colloque « Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation », texte de Pascal Ducournau

Les 27, 28 et 29 mai derniers s’est tenu à la MSHE Ledoux de Besançon un colloque intitulé « Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation », organisé par le LaSA (Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université Bourgogne Franche-Comté). Grâce au soutien du Réseau thématique pluridisciplinaire SHS Génétique et Médecine génomique, une partie des travaux ont pu aborder le rôle des technologies génétiques dans les redéfinitions de la parenté aujourd’hui. Une conférence plénière (avec une longue présentation de C. Fortier) et un atelier avec divers intervenants se sont spécifiquement intéressés à la dynamique de biologisation, voire de génétisation, de la parenté qui semble travailler nos liens contemporains. Ces communications ont mis en lumière deux phénomènes majeurs au cœur de l’utilisation contemporaine des technologies génétiques. D’une part un mouvement de réduction de la parenté à sa seule signification génétique comme en témoigne par exemple la popularisation de l’expression « test de paternité » pour désigner des tests génétiques visant à établir une filiation biologique (et non une paternité dans sa globalité en tant que telle) ; d’autre part et étonnement, un mouvement de prise de distance vis-à-vis des seuls référentiels génétiques et biologiques de la parenté, comme par exemple au travers de l’utilisation de techniques (cf. les divers dispositifs de FIV) permettant de laisser place à une parenté par projet. Une étude des dynamiques conjointes de ces deux mouvements, tantôt en opposition, tantôt en synergie, paraît devoir s’imposer comme cela est ressorti des discussions passionnantes qui ont suivi les communications.

 

Pascal DUCOURNAU (Professeur des Universités)


Vous aimerez aussi...