Colloque 27 novembre 2018

MauroTurrini (IR Datasanté ; UMR 6297 Droit et Changement Social, Université de Nantes) : La susceptibilité génétique en pratique : la multiplicité des usages et des significations des tests pour les thrombophilies non-rares

Delphine Olivier (Doctorante, Université Paris 1Panthéon-Sorbonne/IHPST) : La médecine prédictive peut-elle être un objet de recherche pour les sciences sociales ?

Christine Noiville (DR CNRS, UMR 8103 : ISJPS/Centre de recherche Normes, sciences et techniques) : La mise en œuvre du diagnostic prénatal non-invasif (DPNI) en Belgique

Emmanuel Didier (CR CNRS Centre Maurice Halbwachs, CNRS/ENS/EHESS, Ecole normale supérieure): Open access genomic databases: a profit-making tool?

Emanuele Clarizio (post-doctorant, COSTECH EA 2223, Université de technologie de Compiègne) : Les bio-objets dans les biobanques : Réflexions épistémologiques à partir d’une ethnographie philosophique

Jean-Hugues Déchaux (PR Université Lyon 2 et UMR 5283 Centre Max Weber) : L’ingénierie génétique va-t-elle transformer la procréation ?

Luc Berlivet (CR CRNS, Cermes3 CNRS/EHESS) : Identités biologiques héritables, « isolats humains » et « zones d’hybridation » : de l’anthropologie positiviste à la génomique contemporaine

Antonine Nicoglou (Enseignante contractuelle Université de Tours, Faculté de médecine Inserm UMR 1253 Imagerie et Cerveau) : Le déterminisme génétique et la place de l’environnement dans la biologie post-génomique